CYP4656 | Philippe Boesmans | Fin de nuit

CYP4656 – En vente sur www.cypres-records.com ou par un virement de 20 EUR sur le compte BE87068241303994 en envoyant un courriel avec votre adresse postale + la référence commandée (CYP4656) à info@cypres-records.com

Au moment où Gergely Madaras prend les rênes de l’OPRL pour l’ouverture de la saison, le label Cypres publie Fin de nuit, premier disque enregistré avec l’OPRL sous la direction de son nouveau chef.

Fin de nuit convie à une histoire de notes, un foisonnement de notes dédiées à l’orchestre par Philippe Boesmans, ce magicien du son. Les trois pièces de ce CD (Concerto pour violon, Capriccio pour deux pianos et orchestre, Fin de nuit pour piano et orchestre), commandées par l’Orchestre Royal Philharmonique de Liège, soulignent la solidité du lien entre un compositeur et un orchestre. En solistes, George Tudorache, David Kadouch et Julien Libeer.

TEASER – “FIN DE NUIT” – BOESMANS – OPRL – DAVID KADOUCH

PODCAST. « Le moment musical » du 11 septembre 2019 sur Musiq3 était consacré à la publication de Fin de nuit : Camille De Rijck y confond Philippe Boesmans et Bob Marley dans un grand geste gershwino-bergien 😉

****************

ECOUTER SUR YOUTUBE

ECOUTER VIA LES PLATEFORMES DE STREAMING

****************

Une « Fin de nuit » récompensée par la presse et la critique !

!!! 5 de DIAPASON !!! – NOVEMBRE 2019 – Benoît Fauchet

!!! 4 ffff de TELERAMA !!! – OCTOBRE 2019 – Sophie Bourdais

!!! 4 de CLASSICA !!! – NOVEMBRE 2019 – Nicolas Boiffin

L’EVENTAIL – NOVEMBRE 2019 – Marcel Croës

LA LIBRE – SEPTEMBRE 2019 – Martine Dumont-Mergeay

DE STANDAARD – OCTOBRE 2019 – Brecht Vermeulen

L’ECHO-CONTEMPORAIN – SEPTEMBRE 2019 – Stéphane Renard

L’ECHO – SEPTEMBRE 2019 – Stéphane Renard

LE SOIR PLUS – SEPTEMBRE 2019 – Serge Martin

L’OPRL a cessé d’être un fidèle compagnon de l’œuvre concertante de
Philippe Boesmans à qui il a commandé pas moins de trois partitions que
Gergely Madaras, le nouveau chef de l’orchestre, a tenu à rassembler dans un seul CD comme cadeau d’intronisation à la tête de l’orchestre. Ecrit en comme un hommage à l’école liégeoise de violon, le concerto pour violon introduit de subtils jeux de miroirs entre le soliste, le corps de l’orchestre et des ensembles de coulisses qui maintiennent avec lui des rapports d’une fustigeante complicité. Intensément lyrique à une époque où cette qualité n’est guère à la mode, l’œuvre est presque d’avant-garde par le coup de chapeau qu’elle adresse au passé. Créé par Richard Pieta, premier violon de l’orchestre, il est ici repris par son successeur George Tudorache avec une humanité séduisante. La direction de Madaras illustre de son côté à merveille le côté jaillissant d’une partition qui ne s’autorise aucun repos. Si le concerto pur violon assume parfaitement son rôle d’œuvre phare, les deux autres partitions relèvent de ces pièces de repos comme le compositeur aime les appeler. Le souci est ici de s’abandonner à des sensations secrètes que génère la digestion de pages plus monumentales, généralement des opéras. Fin de nuit, dédié à David Kadouch s’inscrit ainsi dans la descendance ludique de Pinocchio, le Capriccio pour deux pianos et orchestre dans le prolongement du scintillement instrumental d’un Gershwin avec une virtuosité parfaitement assumée que Kadouch et Julien Libeer restituent ici avec un aplomb dynamiteur.

De bout en bout, Gegerly Madaras, le nouveau chef de l’OPRL excelle à saisir les atmosphères fluctuantes et à rendre aux œuvres leur dynamisme émoustillant. Un superbe enregistrement !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s