5 ***** pour notre trilogie italienne « Innamorato » !

Belle récompense de la part du magazine Musica – Rivista di cultura musicale e discografica pour notre trilogie italienne « Innamorato », avec Marco Beasley et Guido Morini.

Article à lire ici : https://bit.ly/32R7QC8

📀 >> https://bit.ly/2PPeFPw

🎧 Il settecento napoletano >> https://orcd.co/j73q5ey
🎧 Recitar Cantando >> https://orcd.co/nk2rjd
🎧 Frottole >> https://orcd.co/jb8pqkv

CYP4656 | Philippe Boesmans | Fin de nuit

CYP4656 – En vente sur www.cypres-records.com ou par un virement de 20 EUR sur le compte BE87068241303994 en envoyant un courriel avec votre adresse postale + la référence commandée (CYP4656) à info@cypres-records.com

Au moment où Gergely Madaras prend les rênes de l’OPRL pour l’ouverture de la saison, le label Cypres publie Fin de nuit, premier disque enregistré avec l’OPRL sous la direction de son nouveau chef.

Fin de nuit convie à une histoire de notes, un foisonnement de notes dédiées à l’orchestre par Philippe Boesmans, ce magicien du son. Les trois pièces de ce CD (Concerto pour violon, Capriccio pour deux pianos et orchestre, Fin de nuit pour piano et orchestre), commandées par l’Orchestre Royal Philharmonique de Liège, soulignent la solidité du lien entre un compositeur et un orchestre. En solistes, George Tudorache, David Kadouch et Julien Libeer.

TEASER – “FIN DE NUIT” – BOESMANS – OPRL – DAVID KADOUCH

PODCAST. « Le moment musical » du 11 septembre 2019 sur Musiq3 était consacré à la publication de Fin de nuit : Camille De Rijck y confond Philippe Boesmans et Bob Marley dans un grand geste gershwino-bergien 😉

****************

ECOUTER SUR YOUTUBE

ECOUTER VIA LES PLATEFORMES DE STREAMING

****************

Une « Fin de nuit » récompensée par la presse et la critique !

!!! 5 de DIAPASON !!! – NOVEMBRE 2019 – Benoît Fauchet

!!! 4 ffff de TELERAMA !!! – OCTOBRE 2019 – Sophie Bourdais

!!! 4 de CLASSICA !!! – NOVEMBRE 2019 – Nicolas Boiffin

L’EVENTAIL – NOVEMBRE 2019 – Marcel Croës

LA LIBRE – SEPTEMBRE 2019 – Martine Dumont-Mergeay

DE STANDAARD – OCTOBRE 2019 – Brecht Vermeulen

L’ECHO-CONTEMPORAIN – SEPTEMBRE 2019 – Stéphane Renard

L’ECHO – SEPTEMBRE 2019 – Stéphane Renard

LE SOIR PLUS – SEPTEMBRE 2019 – Serge Martin

L’OPRL a cessé d’être un fidèle compagnon de l’œuvre concertante de
Philippe Boesmans à qui il a commandé pas moins de trois partitions que
Gergely Madaras, le nouveau chef de l’orchestre, a tenu à rassembler dans un seul CD comme cadeau d’intronisation à la tête de l’orchestre. Ecrit en comme un hommage à l’école liégeoise de violon, le concerto pour violon introduit de subtils jeux de miroirs entre le soliste, le corps de l’orchestre et des ensembles de coulisses qui maintiennent avec lui des rapports d’une fustigeante complicité. Intensément lyrique à une époque où cette qualité n’est guère à la mode, l’œuvre est presque d’avant-garde par le coup de chapeau qu’elle adresse au passé. Créé par Richard Pieta, premier violon de l’orchestre, il est ici repris par son successeur George Tudorache avec une humanité séduisante. La direction de Madaras illustre de son côté à merveille le côté jaillissant d’une partition qui ne s’autorise aucun repos. Si le concerto pur violon assume parfaitement son rôle d’œuvre phare, les deux autres partitions relèvent de ces pièces de repos comme le compositeur aime les appeler. Le souci est ici de s’abandonner à des sensations secrètes que génère la digestion de pages plus monumentales, généralement des opéras. Fin de nuit, dédié à David Kadouch s’inscrit ainsi dans la descendance ludique de Pinocchio, le Capriccio pour deux pianos et orchestre dans le prolongement du scintillement instrumental d’un Gershwin avec une virtuosité parfaitement assumée que Kadouch et Julien Libeer restituent ici avec un aplomb dynamiteur.

De bout en bout, Gegerly Madaras, le nouveau chef de l’OPRL excelle à saisir les atmosphères fluctuantes et à rendre aux œuvres leur dynamisme émoustillant. Un superbe enregistrement !

Ekstasis | La presse enthousiaste

CYP2624 – En vente sur www.cypres-records.com

« Un enivrant Blu-ray met en images sonores six « concerts visuels » de la compositrice Kaija Saariaho et du compositeur réalisateur français Jean-Baptiste Barrière. Rencontre avec deux envoûteurs« . Stéphane Renard, L’Écho, 1er juin 2019

***

« Figure de proue de la musique spectrale depuis le milieu des années 1980, Kaija Saariaho est sans doute la compositrice la plus en vue actuellement sur la scène internationale. Jean-Baptiste Barrière règne en maître sur le monde esthétique des « concerts visuels ». L’Histoire de la musique offre peu d’exemples de couples de compositeurs dont l’art et les talents s’épanouissent de manière harmonieuse au contact l’un de l’autre. Mais eux font exception. » Olivier Vrins, Crescendo, 3 juin 2019

***

Les films sont également disponibles, en continu ou à l’unité, au téléchargement sur VIMEO

CYP4646 – Revue de presse & Concerts

Revue de presse_CYP4646

4646

Concerts à venir

03/11/2017 : Bruxelles la Monnaie : Concertini de la Monnaie

01/12/2017 : Bruxelles – Festival Loop | Ensemble Fractales et trio Erämaa

05/12/2017 : Bruxelles – Flagey | Musiques Nouvelles

16-18-20/11/2018 : Metz (France) – Opéra-Théâtre : Nous sommes éternels | CRÉATION

Extraits de presse

Un grand moment d’écoute sensible (Serge Martin)

Un monde mélancolique et favorable où il est doux de s’arrêter (Martine Dumont-Mergeay)

cropped-cropped-image_fond01.jpg

Chaque morceau, une histoire

L’Oreille de Mélanie rassemble des coups de cœur, passages musicaux signés par des amis musiciens (Paul Van Nevel, Greg Houben, Manu Louis, Stéphanie de Failly…) et autres projets sur lesquels travaillait Mélanie. Chaque morceau renvoie en somme à une histoire.(Nicolas Crousse – Le Soir – 10 mars 2017)

Un hommage à destination de tous

La sélection des 21 morceaux de L’Oreille de Mélanie, Cédric Hustinx l’a réalisée d’instinct, en apportant un soin tout particulier aux enchaînements, passant de la mélancolie des chants polyphoniques à la modernité de la musique électronique ou à l’évocation de son prénom dans des chansons françaises. « Je voulais lui rendre un hommage, mais à destination de tous, pas que pour les initiés. » (Corinne Marlière – L’Avenir – 15 mars 2017)

Un portrait de la personnalité de Mélanie Defize à travers la musique

Arnaud RuyssenBandes de curieux – RTBF >>>> Podcast : http://bit.ly/2oSjsAH

Un tombeau sonore pour Mélanie Defize

C’était le premier jour du printemps. La saison des arts florissants. Sur son clavecin, jadis, François Couperin pianotait Le rappel des oiseaux. Botticelli peignait la fête des grâces amoureuses. Maddalena Casulana chantait, sur un air de madrigal : « Mon cœur ne peut pas mourir. » Ce n’était pas une saison pour mourir. Le lundi 21 mars, Mélanie Defize voyait le printemps pour la dernière fois. Elle avait 29 ans.

Pascale TisonPar ouï-dire – RTBF >>>> Podcast : http://bit.ly/2oYbc4t

La lumière et la musique continuent d’éclairer le monde

Régine Dubois  – On croit rêver – Vivacité >>>> Podcast : http://bit.ly/2oYafc8

Les musiques qui ont fait vibrer Mélanie

Camille De Rijck  – Demander le programme – Musiq3 >>>> Podcast : http://bit.ly/2oukMZ1

Développer la musique comme vecteur de découverte indispensable

Cet hommage a aussi valeur utile, les bénéfices de la vente reviendront à la recherche en musicothérapie au sein des Cliniques Universitaires Saint-Luc. Dépasser le drame pour penser à l’avenir. Pour venir en aide aux autres, mais aussi pour développer la musique comme vecteur de découverte indispensable. (Thierry Dupièreux – L’Avenir – 1er mars 2017)

DONC…

Si vous souhaitez

découvrir

certains moments forts du label Cypres ;

voyager dans la diversité des genres,

des époques et des styles musicaux

et

soutenir la recherche en musicothérapie

dans le sillage d’une passionnée


achetez L’Oreille de Mélanie

par versement de 18 € sur le compte

BE87068241303994

puis envoyez un mail avec

votre adresse postale

à

info@cypres-records.com